Lampedusa

di Giovanna Masiero

Diploma Universitario di Psichiatria Transculturale: parte introduttiva al documentario “24h pour atteindre Lampedusa”, Mini-Congrès del 21-06-2014, Faculté de Medicine de Cochin, Parigi

Pour introduire cette journée et surtout le travail fait à Lampedusa par Adriano, Catherine, Giovanna, Marion et Roberta, j’ai pensé de vous parler d’Ulysses et son recontre avec Polypheme.
Ulysses debarque sur l’ile des Kyklops surtout à cause de sa curiosité, donc dans son cas pas par necessité, et avec douze compagnons va à sa decouverte, jusqu’à la caverne du Polypheme.
Il amene avec lui des cadeaux pour le geant, en particulier un outre de vin qui lui permettra de faire endormir le Kyklops, quand il montrera sa vrai nature.
Sans respect ni pour l’hospitalité, ni pour les Dieux, en fait Polypheme après un bref dialogue, commencera à les divorer.
Et Ulysse, grace à sa ruse arrivera à se sauver la vie et sauver laquelle des quelques compagnons, en rendant aveugle le Kyklops et en fuyant de l’ile.

Je vous parle de cet episode et pas des autres, meme si l’Odyssee éntiere est liée au voyage, parce que je pense que cela peut bien montrer ce que ça veut dire arriver dans un lieu inconnu, avec des éspoirs bientot trahis.
Le parcours des migrantes peut etre comparé à ce que Ulysses se retrouve faire face sur cette ile, ainsi les Kyklops pourraient rapresenter les difficultés et surtout la difference entre cultures, connue juste de loin, par qui arrive et trop souvent par qui accueille. Qui arrive en fait ne peut pas savoir à l’avance ce qu’il va rencontrer et trouver dans le lieu où il debarque, lieu qui parfois n’a meme pas été choisi.

Polypheme pour moi c’est ce que la societé risque de devenir, s’il ne l’est déjà.
C’est-à-dire est-que-nous sommes capable d’accepter la difference, est-que-nous sommes capable d’une vrai hospitalité qui ne judge pas l’autre, qui sache le respecter?
Ou nous sommes comme Polypheme, capable de juste prendre, en mangeant l’autre, ses qualité, en les divorant, sans lui rien donner en arrière?
Parce que c’est ça qui fait Polypheme symboliquement et après il est puni, pas juste pour vengeance, mais parce que Ulysses doit se sauver la vie et il n’y a aucun autre solution possible.
Il devient comme ça aveugle deux fois, la premiere, parce que il ne peuvait pas voir l’autre et ses besoins, il ne peuvait pas respecter la loi de l’hospitalité et après parce que il doit assumer ce qu’il a donné et ce qu’il n’a pas été capable de donner.

Je pense que la position de la psychiatrie transculturelle, de la psychologie,et en general de la conscience de la transculturalité est donc aussi politique.
Il n’y pas des enjeux juste dans les bureaux et notre role est partager le savoir qu’on a la possibilité d’avoir grace à la clinique.
Il faut donc savoir prendre une position pour proteger l’autre, le migrante, le plus fragile, pour que la societé, et donc nous ne devenont pas definitivement comme un geant toute-pouissante qui croit d’avoir juste des droits et jamais des devoirs.

Anna Cominetti, psicologa transculturale

 

I commenti sono chiusi